Archive for the ‘books’ Category

Most of Grothendieck’s manuscripts to be digitized

June 18, 2015

According to an article by Stéphane Foucart in Le Monde, it has been announced at the Grothendieck conference in Montpellier that :

  • about 15,000 pages of manuscripts held by the university were now in the process of being digitized (that’s the archive that was given to Jean Malgoire in the 1990’s, which in turn he donated to the university)
  • about 50,000 pages found in Grothendieck’s Lasserre home will be digited by the Bibliothèque Nationale de France (of Gallica fame), once legal hurdles are cleared, and which contain a mix of mathematical and non-mathematical texts

Let’s see : assuming 50% of mathematical content, that’s (15,000+50,000)/2=32,500 pages.  Chopping that into bunches of 200 pages, that’s about 162 books. In comparison, Euler’s Collected Works are said to fill 60 to 80 books…

Advertisements

Cédric Villani’s book tour

February 21, 2015

Cédric Villani, who is running an undergraduate MOOC with Diaraf Seck on evolution equations, is apparently about to tour the english-speaking world, now that his essay has been translated to english and is about to hit the stores (I did enjoy the original french version).

Some people from the book publishing world have started talking about it on twitter (e.g. here or there), while a review in The Times has just appeared (behind a paywall).

I’ve seen that events are planned next march in London, in Bristol, and in Oxford. Also, a BBC radio 4 program is scheduled, and then in april an event in Seattle. And perhaps other things elsewhere that I didn’t spot.

Update: apparently there’s a second event in London. Also, the Guardian now has a review of the book, and so has the New Scientist.

Update 2: the reviews are now abundant so I won’t care to track them all. Just to mention two more,there’s one in The Spectator, and another in THES.  Some like the book while others virulently dislike it.

Revue de “Théorème Vivant”, par Cédric Villani

August 23, 2012

Si ma précédente revue de lecture sur le thème “maths pour grand public” fût le résultat du hasard, la présente est complètement préméditée. Au point que j’ai laissé de côté pour la journée le Baudolino d’Eco, à peine entamé dans la foulée de l’excellent Couteau de la Fortune de Kakouri.

J’en viens donc à Théorème Vivant.  Qu’est-ce ?  Un hybride unique en son genre, mélange entre la description de l’activité d’un chercheur en mathématiques talentueux, et des passages purement autobiographiques.

Cédric Villani, dont je me réjouis d’avance de son démarrage de blog, a certes été omniprésent dans les médias français ces deux dernières années, mais il n’y a guère qu’un livre pour faire comprendre comment avance la recherche en maths (et d’abord, qu’elle existe bel et bien, même si elle se passe dans des universités et des instituts, très loin des médias).

Personnellement, je trouve que le résultat est excellent.  Sans que je vous révèle le moindre détail pour ne pas gâcher la lecture, on peut dire que le pari est osé:  Villani a choisi de mettre non seulement des extraits d’emails déjà techniques, mais aussi plusieurs pages extraites de vrais articles scientifiques.  Je pense que c’est très bien, ça fera réaliser aux lecteurs la différence entre les revues de vulgarisation (type Pour la Science, La Recherche) et les revues professionnelles.

Mon conseil aux lectrices et lecteurs non-scientifiques (et même aux jeunes scientifiques): ne cherchez pas à comprendre les détails techniques (ce n’est pas le but, pour ça il faudrait comprendre les centaines de pages des vrais articles scientifiques publiés). Ainsi, n’hésitez pas à sauter ces pages là pour ne pas perdre le fil du livre.

Je pense, en tout cas j’espère, que ce livre va avoir un impact bénéfique sur la visibilité de l’activité des mathématiciens, et susciter des vocations chez les lycéens et étudiants (en se souvenant quand même que Villani est très doué, et qu’il a énormément travaillé dès le lycée).  Bien sûr, pour alimenter de telles vocations il faut aussi faire connaître que tel ou tel problème non-résolu existe et pourquoi il est passionnant: les maths en regorgent, mais encore faut-il le savoir! On peut espérer que des lieux comme Images des Maths ou le blog de Villani en présentent régulièrement quelques-uns.

Revue de “Petite Initiation aux Mathématiques”, de Timothy Gowers

October 13, 2011

Il y a quelques jours, je déambulais chez un libraire, passant nonchalamment devant le présentoir des nouveautés du mois pour me diriger vers les romans. Mais, d’un coup d’œil furtif et accidentel audit présentoir, je remarque un titre tout à coup qui m’interpelle: Petite Initiation aux Mathématiques, publié tout récemment le 30 septembre.

Tiens, quelle drôle de couverture pour un livre de maths, me dis-je… Je regarde l’auteur: c’est le célèbre Tim Gowers, là, entre La médecine pour les nuls et L’officiel des prénoms!   Je me souviens alors d’un livre publié en 2002, la version anglaise originale, et que je n’avais pu me procurer à l’époque. Mais j’avais beaucoup apprécié le style de Gowers par ailleurs (ses fabuleuses undergraduate discussions, son texte plus philosophique sur “les deux cultures” — fort bienvenu de la part d’un mathématicien actif), il y avait donc tout lieux de penser que ce livre devait être agréable à lire également. Avec une traduction de Jean-Louis Basdevant, auteur de bons livres de physique, je suis convaincu, j’achète (et à 15€ c’est abordable).

Et bien, il tient toutes ses promesses!  Dans la préface, Gowers a semble-t-il en tête de s’adresser à des lecteurs, non-mathématiciens, qui sont curieux de découvrir d’une manière informelle comment on invente des maths nouvelles.  Je pense qu’effectivement le pari est gagné: en particulier, si vous êtes un(e) lycéen(e) de première S ou Terminale S, et que vous vous destinez à des études scientifiques, je vous le recommande chaudement. Le style est clair, les connaissances requises sont celles du lycée uniquement, et les thèmes abordés intéressants pour vos futures études, alors n’hésitez pas une seconde! (Et si 15€ c’est trop cher, allez voir les responsables de votre CDI pour leur suggérer de l’acheter, ou bien ceux de la bibliothèque/médiathèque de votre coin).  Le livre convient également tout à fait aux étudiants plus littéraires, notamment les philosophes (après s’être fait un petit rappel de juste quelques notions de base: nombres premiers, etc.).

La seule chose que je veux mentionner, c’est un ajout de taille à la liste de références historiques et philosophiques en fin d’ouvrage: pour ceux qui s’intéressent vraiment aux maths, il existe un ouvrage unique, également écrit par Gowers et deux co-auteurs, le Princeton Companion to Mathematics (voir aussi les listes d’errata si vous l’achetez: ici ,   et ), sorte d’encyclopédie moderne des maths pour l’étudiant(e) passionné(e), une splendeur.

Gowers est depuis quelques années un bloggeur régulier, et, sans surprise,  très intéressant. Il a notamment commencé récemment  une série d’articles (en anglais bien sûr) qui aborde les premières notions de mathématiques que l’on rencontre dans le supérieur (math sup ou L1: les connecteurs logiques, etc.), et que je recommande aux étudiants qui comprennent bien la langue anglaise (ou quitte à le traduire pour vous, mais sans faire de contresens!).